Bienvenue sur le site de la Charte !

La Charte européenne des Abbayes et sites cisterciens a pour objet d’établir un lien structurel entre les propriétaires et (ou) animateurs d’abbayes ou de sites cisterciens ouverts au public, dans le but d’organiser des actions collectives, culturelles ou touristiques et de représenter ses membres auprès des collectivités ou administrations locales, régionales, nationales et internationales. Elle rassemble aujourd'hui plus de 180 membres issus de 11 pays d'Europe.



Coup d'oeil sur les actualités des abbayes adhérentes...

La Charte s'étend à l'heure actuelle sur dix régions linguistiques différentes ! Ceci vous explique pourquoi les actualités publiées ci-dessous figurent parfois dans une autre langue que le français...


Les Cisterciens du Val et leurs archives : production, organisation, conservation (XIIe-XVe siècle)

Conférence samedi 30 mars 2019 à 15h00 à l’Espace-Rive-Gauche de Mériel (95630) par Marlène Helias-Baron, ingénieure de recherche, CNRS-IRHT. Apparus peu avant le XIIe siècle, les Cisterciens participent pleinement de la « révolution de l’écrit » du Moyen Âge central qui n’est pas seulement liée à une production plus intense de documents diplomatiques, mais plutôt à une nouvelle prise en compte des besoins liés à leur conservation. En effet, les religieux ont tendance à prêter une attention somme toute tatillonne aux actes qu’ils ont reçus. Pour l’abbaye du Val, en témoignent le nombre croissant des documents conservés du XIIe au XVIe siècle, la multiplication des annotations en leur verso pour assurer leur repérage dans les archives, ainsi que la fabrication de plusieurs types de livres d’archives, notamment d’un cartulaire au début du XIIIe siècle. Face à l’ampleur de leur chartrier, les moines ont mis au point des techniques efficaces de classement (utilisation de languettes) et de conservation (tissus cousus pour protéger les actes et les sceaux). Si ces pratiques ne sont pas inédites puisqu’elles se retrouvent dans d’autres fonds, comme celui des Vaux-de-Cernay par exemple, elles montrent néanmoins que les moines du Val ont su faire preuve de très fortes capacités d’adaptation. Renseignements : +33 6 98 17 64 18 – f.fennenberger@gmail.com

Villers : la dendrochronologie et l’archéologie du bois à l’IRPA, bilan et perspectives

Jeudi 29 novembre à 18h30. La dendrochronologie (du grec dendron : arbre, chronos : temps et logos : science) est une méthode de datation du bois basée sur l’étude des cernes de croissance annuels de certains arbres (chêne, hêtre, résineux…). Elle détermine à quelle époque – à l’année près, dans le meilleur des cas – un arbre a été abattu et utilisé en architecture, menuiserie, ébénisterie, lutherie… Cette méthode d’analyse s’applique à divers domaines : le patrimoine mobilier (peintures sur panneaux ; sculptures en bois ; instruments de musique à cordes ; ais de manuscrits ; objets mobiliers tels que châsses, coffres, stalles…) ; le patrimoine architectural (charpentes et pande-bois ; planchers, lambris et plafonds ; escaliers, fenêtres, portes, boiseries…) ; le patrimoine archéologique (vestiges de construction (habitation, pont, port…) ; artéfacts ; embarcations ; tonneaux, puits…). Les apports d’une analyse dendrochronologique dépassent la simple datation. En datant un élément en bois, la dendrochronologie spécifie, entre autres, la provenance géographique de l’arbre utilisé, permettant ainsi la reconstitution des réseaux de commerce de matière première. De plus, une étude dendro-archéologique permet de restituer les anciens savoir-faire des artisans du bois, fournit des indications sur la gestion forestière, la sélection de la matière première… Le laboratoire de dendrochronologie de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique a vu le jour dans les années 1970s. Il est aujourd’hui sous la responsabilité du Dr. Pascale Fraiture.

III International Meeting of Cistercian Abbeys in Alcobaça

Monastery of Alcobaça [Portugal], November 23-24th, 2018. Promoted by the Directorate General of Cultural Heritage / Monastery of Alcobaça, with the objective of affirming this Cistercian Monastery (inscribed in the List of World Heritage – UNESCO) as an international reference space in the discussion on the management of Cistercian sites, the 3rd edition of this meeting has as theme « Beyond borders: the Cistercian heritage and the European cultural identity today ». Since the twelfth century the Cistercians developed an amazing action in the construction of the landscape and the cultural identity of Europe. Today, thousands of visitors cross borders to know this magnificent heritage that is part of their own identity. Being 2018 the European Year of Cultural Heritage, we intend to discuss the role of Cistercian sites in the knowledge and promotion of European cultural identity in the contemporary world. Managers of Cistercian abbeys from 8 countries, members of the European Charter of Cistercian Abbeys and Sites, and experts on European cultural routes are participating in the meeting. The Director of the European Institute of Cultural Routes (Council of Europe) and the Procurator General of the Cistercian Order will also be present. Registrations: visitas@malcobaca.dgpc.pt More information : www.mosteiroalcobaca.pt www.facebook.com/mosteirodealcobaca.monumentonacional/

Zdar : activités et projets

Le Festival KoresponDance de juillet a offert aux zdarois et aux visiteurs venus parfois de loin, un choix de spectacles de qualité, comme de coutume. La beauté et la variété du site est mis en valeur par les artistes, tels les mexicains de Foco Alaire venus en résidence pour créer leur spectacle en fonction des lieux ; et vice-versa, le site met en valeur leurs performances. Le succès des activités organisées en fin de semaine se consolide, plus de 3000 entrées pour la « journée à la campagne » du samedi 29 septembre, organisée cette année dans le grand verger, avec les démonstrations de techniques anciennes mais aussi modernes de foresterie, agriculture et pisciculture. Un des meilleurs chefs de la région réalisait ses recettes de carpes provenant du domaine, très appréciées, on peut espérer que cela incitera les clients à en acheter dans la toute nouvelle poissonnerie du domaine. Les enfants étaient particulièrement gâtés : promenade à dos de chameau, en calèche miniature attelée de Shetland, parcours d’obstacle par un lapin, pêche, tir au fusil (très sécurisé) et bien sûr les stands de gourmandises locales, sans parler des pommes du verger… Prochaines échéances : la journée des citrouilles le 27 octobre et le marché artisanal de Noël les 8 et 9 décembre. Photo : Fabrication de fromage de chèvre, fermière morave.

Zdar : un été faste

Les propriétaires du domaine, Constantin et Marie Kinsky, ont vu leurs actions récompensées : leur Musée de Nouvelle Génération a été classé second dans la liste des dix meilleurs musées de la République ; Marie a été élue « femme de l’année » par la Région, pour son action à la tête du Centre de développement chorégraphique SE-s-TA, créatrice et responsable du Festival de Zdar KoresponDance (le prochain à la mi-juillet 2019, notez la date). Suite de l’action débutée dès son arrivée en République tchèque, il y a plus de 20 ans, le SE-s-TA poursuit un triple objectif auprès du public et auprès des professionnels : initier un public (et les danseurs) à la danse contemporaine, alors qu’il a été formé pendant cinquante ans aux ballets classiques du Bolshoï (le Grand Frère) , mais aussi proposer aux spectateurs d’y participer, et de découvrir ainsi leurs propres possibilités créatrices ; créer une plate-forme de coopération, de concertation, de développement et de recherche pour les professionnels de la danse et des arts du vivant, à travers conférences et tables rondes (pas seulement à Zdar mais dans tout le pays et à l’extérieur), et séjours en Résidence à Zdar. Cet été, des compagnies et artistes du Ghana, du Mexique, d’Autriche, Bulgarie, France, Grande Bretagne, Italie et République tchèque y ont travaillé à leurs projets, principalement de danse mais aussi de théâtre, scénographie et photographie. (Photo : Le Ghana à Zdar juillet 2018)

Villers : le premier festival « Ombres et Lumières du Moyen Âge »

Le public en rêvait depuis longtemps. Le rêve est enfin devenu réalité ! Durant le WE des 14, 15 & 16 septembre 2018, l’Abbaye de Villers et la Guilde Saint-Louis ont coproduit le premier épisode Festival Ombres & Lumières du Moyen Age à l’Abbaye de Villers, un véritable retour dans le temps. Le public s’est retrouvé immergé en plein Moyen Age au milieu des moines et des chevaliers et dans des bâtiments d’époque. Quel lieu le plus adéquat pour ce type d’événement ? La mise en scène était importante : près de dix campements de compagnies européennes se sont établis, soit un déploiement de près de 100 personnes dans l’Abbaye. 6720 personnes ont participé à cette première édition.

900 ans d’histoire à l’abbaye de Preuilly

Quelle que soit la date exacte de la fondation de Preuilly, 1118 ou 1116, Preuilly aura fêté son neuf centième anniversaire en 2018. Trois jours de fêtes inoubliables, partagées par près de 4000 personnes : des écoliers, conduits par leurs maîtresses, qui ont eu pour eux seuls, le vendredi, toute une journée d’ébats en terre médiévale ; des visiteurs qui se sont attardés, le samedi, accompagnés de ménestrels, autour des stands, des vols de gerfauts, des archers, des arbalétriers, des Templiers… ; des pèlerins qui, le dimanche, ont prié Notre Dame de Preuilly dans l’ancienne abbatiale avant de savourer, sur la prairie, une écuelle de lentilles bio façon Gargantua… le style était médiéval, évidemment, le soleil d’une douceur incomparable en ce début d’automne, tel que d’autres en ont bénéficié et tel que d’autres encore en ont éprouvé les sinistres contre coups … En revanche ce qui fut vraiment exceptionnel, et digne d’être célébré, c’est l’harmonie rayonnante et conviviale d’une population composite, venue de tous horizons, qui s’est trouvée unie dans une fraternité généreuse et proprement monastique. Celle du don de soi ; chacun selon ses talents ; sans exclusive. Quand les portes se sont fermées, vers 18 heures, les pierres vibraient, silencieusement et pour longtemps, de ce précieux bonheur.

Herkenrode : Forum « Cistercians along the North and Baltic Sea »

Du vendredi 14 au dimanche 16 septembre 2018 Herkenrode a participé à un Forum Cistercien auquel différents pays européens ont été invités. Le Forum « Cistercians along the North and Baltic Sea » avait comme thème : « Spiritual and material life in Cistercian monasteries – mysticism and reformation, work and education ». Le Forum a connu un grand succès, 35 participants en provenance de la Belgique, des Pays Bas, l’Allemagne et la Suède, ont visité le samedi les abbayes cisterciennes « vivantes » de Westmalle et de Brecht. Le dimanche était réservé pour une visite de l’ancienne abbaye de Herkenrode et ses beaux jardins. Dans l’après-midi les sœurs de l’abbaye cistercienne de Mariënlof à Kolen ont accueilli les participants européens. Une très belle rencontre, sous un soleil radieux, qui sera organisée tous les deux ans. Irène Bien « Toerisme cistercien » Herkenrode vzw.

Noirlac : Marché monastique

Noirlac Marché monastique (c) Abbaye de Noirlac

Samedi 10 et dimanche 11 novembre, de 10h à 18h30. Evénement de l’automne attendu des connaisseurs et gourmets, le marché monastique proposé parallèlement à Noirlac et Fontmorigny est l’occasion de découvrir et de se procurer mets, bières, vins et objets utilitaires ou décoratifs de qualité, issus d’abbayes et monastères de France et des pays limitrophes.

Clairvaux, le cloitre et la prison : < cloitreprison.fr >

L’abbaye de Clairvaux est désormais au cœur d’un web documentaire exceptionnel traitant de l’histoire des enfermements monastiques et carcéraux, leurs points communs et leurs différences. Clairvaux est, en effet, la seule abbaye d’Europe qui soit restée, pendant neuf siècles sans interruption, un lieu clos pour des moines contemplatifs puis pour des détenus de longue peine. Toujours le même mur de trois kilomètres qui n’est franchissable que par une seule porte. Toujours le même sentiment que son espace de trente hectares ne peut laisser personne indifférent et oblige à une réflexion sur la condition humaine. Toujours la même émotion esthétique devant la pureté de l’architecture médiévale voulue par saint Bernard et l’austérité grandiose de l’architecture du grand cloitre voulu par les abbés du 18e siècle, cet immense bâtiment transformé par Napoléon en cellules pour condamnés. Quatre chercheurs (Université de Reims et Paris Sorbonne, CNRS et EHESS) travaillent depuis de nombreuses années, en liaison avec l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux, pour découvrir et mettre en valeur cette histoire exceptionnelle de Clairvaux. Leur travail, agréé comme Laboratoire d’excellence, soutenu par les Archives Nationales, le Département de l’Aube, France Culture et l’ENAP-Justice a abouti à un web documentaire interactif permettant plusieurs heures de découverte. Il suffit de taper < cloitreprison.fr > pour découvrir 9 lieux-clefs, 43 thématiques décryptées, 300 documents historiques, 30 lectures de textes significatifs et 12 vidéos. Puis venez à Clairvaux pour vivre intensément le saisissant voyage dans l’espace et le temps, que vous ne pouvez vivre nulle part ailleurs.